Un système d’étayage révolutionnaire fête ses 50 ans - Article paru dans Batimag
 

Le fabuleux destin des tours d’étayage PAL

Développé en 1960 par l’ingénieur civil Jacques Alberti, le système d’étayage triangulaire PAL connaît un succès à l’échelle internationale. A l’occasion des cinquante ans d’anniversaire, rencontre avec son inventeur infatigable...
 
Les années 60, Jacques Alberti s’en souvient comme si c’était hier. «Je devais construire le pont de Boudry. Pour l’étayer, nous ne disposions que de tubes et raccords. Alors je me suis mis à réfléchir à une autre solution en me basant sur l’un des principes de l’ingénierie : les tours triangulées qui permettent d’éviter toute déformation», raconte le retraité qui fête cette année les cinquante ans de son invention. En quelques mois, à force d’intuition, de quelques nuits blanches et de nombreux croquis, il parvient à trouver le moyen d’emboîter des triangles pour former ces fameuses triangulées. L’extension, avec ce triangle, permet de former des tours carrées, rectangulaires ou de toutes formes hexagonales. «Cela s’est avéré unique et ça l’est toujours aujourd’hui. C’est presque invraisemblable», s’enthousiasme toujours l’inventeur.
 
 
Le système d'étayage PAL a 50 ans. Rencontre avec son inventeur... Vidéo: Eric Kocher

Breveté dans le monde entier
En hommage à son fils né cette année-là, il nomme son nouveau système PAL pour Patrick Alberti Lausanne. «On m’a fait remarqué bien plus tard que pal signifie ami en anglais. Apparemment, cela a contribué à rendre mon produit sympathique dans les pays anglo-saxon». Entrepreneur dans l’âme et digne descendant d’une lignée de constructeurs charismatiques, le directeur du bureau lausannois Alberti Ingénieurs SA fait breveté son système un an plus tard en Suisse et dans pratiquement tous les pays industrialisés du monde. En témoigne le classeur dans lequel sont scrupuleusement gardés ces documents rédigés dans des langues souvent incompréhensibles (chinois, japonais, suédois, etc.) pour ce tessinois d’origine. Les plans d’étude et les essais de laboratoire ont été faits à l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne pour analyser toutes les déformations avant de le lancer sur le marché. Autre idée de génie, Jacques Alberti décide de vendre des licences d’exploitation aux pays industrialisés plutôt que d’assurer la logistique lui-même. Ainsi, chaque pays licencié a fait fabriquer le matériel sur place. «Le succès a été très rapide, parce que les gens de la construction ont réalisé que le système présentait des avantages économiques, statiques et de rapidité de montage et de démontage», témoigne Jacques Alberti. La médaille de Vermeil remise à l’inventeur lors du Salon international des inventeurs à Bruxelles en 1964 confirme la portée révolutionnaire du système.

Ponts d’autoroutes et rampes de tunnels
Une quarantaine d’entreprises en Suisse fait régulièrement appel au système d’étayage PAL dans le cadre de projets d’envergure dans les années soixante et septante. La plupart des ponts d’autoroute et les rampes des tunnels, tel le Gothard, ont été munies de cette structure triangulée démontable au moment de l’étayage. Les affaires ont par la suite été ralenties par la crise du secteur de la construction qui est survenue au début des années huitante. Puis l’entreprise a trouvé un rythme de croisière jusqu’à ce que Jacques Alberti choisisse de la remettre à Pierre Dubuis en 2005. «Mon fils Patrick a repris mon bureau d’ingénieurs. Il ne voulait pas reprendre les rênes de PAL SA. J’ai eu beaucoup de chances de rencontrer Pierre que je considère aujourd’hui comme un fils spirituel», explique Jacques Alberti. Le quadragénaire a longtemps dirigé des entreprises d’échafaudage et cherchait un nouveau challenge professionnel. Lorsqu’il reprend cette activité et fonde l’entreprise PAL Solutions SA, la société ne compte que 450 tonnes de matériels à louer. A l’heure actuelle, elle en compte près de 1500 tonnes et réalise environ 3,5 millions de chiffre d’affaires. Parmi les changements stratégiques, le nouveau directeur s’est entouré d’équipes de montage expérimentées à même d’effectuer le montage, le déplacement et le démontage des projets d’étayage, partout, avec leur propre matériel ou avec le matériel mis à disposition par les clients. Tout en développant un service d’engineering pour la conception, le développement et la planification de solutions d’étayement et de soutien spécifiques et rationnelles pour les entreprises. En plus des ouvrages d’art qui ont inspiré leur création, les tours PAL se sont révélées utiles pour d’autres applications. Lors de travaux de rénovations ou de transformations, il est souvent nécessaire de démolir des dalles entières, d’assurer la stabilité des murs ou de soutenir des charpentes en attendant la reconstruction des éléments définitifs. La conception très stable des tours PAL permet en outre la réalisation d’étayages particulièrement sûrs lors de la réalisation de dalles en bétons lors de travaux de gros oeuvre. L’utilisation de plus en plus fréquentes de techniques de bétonnage avec pré dalles nécessite la mise en œuvre de systèmes d’étayages rationnels et aux dimensions spécifiques assurant la stabilité latérale de l’ensemble de la construction. L’avenir de cette invention suisse unique et révolutionnaire semble donc entre de bonnes mains.

Emilie Veillon - Batimag
 




Un système connu
dans le monde entier.
 
 
De gauche à droite: Pierre Dubuis et Jacques Alberti. L'entreprise PAL SA, à été reprise en 2005 par Pierre Dubuis sous la raison sociale de PAL Solutions SA.
 
 
Construction du viaduc
Glatt Zentrum à Walliselen
 
Construction de West Side
à Berne.

PAL Solutions SA - Bellevue 5 - 2206 Les Geneveys-sur-Coffrane
Tél. +41 32 857 33 50 - Fax. +41 32 857 33 51 -
CMS-Light v2.0 © www.WebExpert.ch